Prochainement

Repas convivial de Noël de l'association samedi 15 décembre 2018, Inscriptions closes.
Assemblée Générale le vendredi 18 janvier 2019

Témoignages

Compostelle : L'Appel
Extraits de la revue itinéraire de la Foi n°3. Trimestriel juin-juillet-août 2013.

Secrétaire de l'association des Amis du Beauvaisis vers Compostelle, Cendrine Bonmarchand "marche" vers Compostelle. Elle évoque avec des mots justes cet "appel" du chemin...

Se décider, un jour, d'un coup, "comme une évidence paisible : Partir sur les chemins de Saint Jacques"...



Témoignage d'un Pèlerin de passage à Beauvais.

Traduction d’un extrait du blog d'un pèlerin belge (flamand), passé le 14 juillet chez nous.(...)
À 17h30 je suis arrivé au gîte. La dame était bien à l’heure. Demain matin je dois mettre la clé dans la boîte aux lettres et avec ça Beauvais sera du passé.
Il y a ici un cahier dans lequel on peut noter quelque chose.

Vous ne le croirez pas, mais je vais recopier un texte ici : « Merci pour l'hospitalité
 (Un pèlerin avec les pieds nus)
Tim V. Belgique »

C’est donc quelqu’un qui est parti en pèlerinage pieds nus ! Ça alors !!

Il n’y a pas eu encore beaucoup de gens. Peut-être que cela changera parce que la gérante a noté l’adresse de l’association flamande et elle allait les contacter et les informer.

Si j’ai d’aussi bonnes jambes qu’aujourd'hui je saute Senots et je vais directement à Hénonville. Cela dépendra un peu de la météo. Voilà.

Je vais me faire une petite tasse de thé et je me glisse dans mon lit douillet tout neuf. Quel luxe.

15-07-2012

Beauvais - Hénonville 26 km

Avec un peu de nostalgie je quitte ce matin mon hébergement luxueux à Beauvais. Pas parce que je n’aime pas marche, mais à cause de la gâterie. Maintenant c’est le retour aux basics dans ma tente, couché sur le ventre sur un petit matelas. Il fait un peu froid. J’ai mis un pull.

C’était une marche calme. J’aurais cru qu’il y avait plus de monde un dimanche mais ce n’était pas le cas. Parti à 8 heures, la visite à la cathédrale semblait trop compliquée, donc j’ai continué ma route. C’est horriblement calme dans le nord de la France. Si je rencontre autant de personnes à 8 heures que je pourrais compter sur une main, ce serait beaucoup. Le paysage a changé de champs de blé à un mélange de forêts et d’agriculture et j’aime bien cette variation. Les odeurs sont différentes aussi.

C’est indéfinissable, mais on sent tout le temps des raisins secs, je ne peux l’expliquer.
(...)

Aller-Retour Picardie-Santiago, témoignage
Extraits de la revue Missio.